MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

UEC

UEC

Halte à la répression contre les étudiants nigériens

 
 
 

Le 25 octobre, les étudiants de l’université de Zinder au Niger manifestaient pour exiger des meilleures conditions de vie et d’études, à l’appel de l’Union des étudiants nigériens. Les forces de l’ordre sont intervenues violemment pour disperser la manifestation à coup de gaz lacryomogènes, provoquant plusieurs blessés. Le 1er novembre, une nouvelle intervention policière dans le campus de Zinder jusque dans les chambres universitaires a provoqué de nouveaux blessés graves et un mort. 42 étudiants et 28 élèves mineurs ont été interpellés et libérés 24 heures après.

Le colère gronde dans les universités nigériennes. Après les grèves des enseignants exigeant le paiement des arriérès de salaire et des primes de recherche, les universités de Niamey et Maradi connaissent également une montée des protestations étudiantes. Les mobilisations s’opposent à l’augmentation des frais d’inscription et du coût de la vie étudiante, ainsi que le non paiement des bourses. Nos camarades de l’UESNF (Union des Etudiants et Stagiaires Nigériens de France) résument ainsi la situation des étudiants nigériens : « Les choix des étudiants sont souvent subis, limités par des sélections officielles ou plus confidentielles. Le taux d’échec des étudiants, particulièrement à l’université, est catastrophique. Plus de 70% ne passe pas en deuxième année. Une minorité obtient leur licence en trois ans. Le milieu social d’origine, la nature du bac demeurent prédictifs du niveau d’étude atteint. Que dire de la pauvreté, de la misère même de certains étudiants. Interdits de se loger, de se nourrir tout simplement. Enfin, hors les réseaux dont la plupart des étudiants se trouvent exclus, s’ils ne bénéficient pas d’un vrai support dédié et performant, ce qui demeure l’exception, trouver des stages puis un emploi est très difficile. L’intensité de la reproduction sociale ne cesse de s’accroitre, en effet la place des individus dans la hiérarchie sociale est largement déterminée par leur milieu d'origine ».

L’Union des Etudiants Communistes est solidaire des étudiants nigériens mobilisés pour améliorer leurs conditions de vie et d’étude ainsi que pour la démocratisation de l’enseignement supérieur. Nous condamnons l’attitude du gouvernement nigérien, qui cautionne la dégradation des parcours scolaires et voue les étudiants à la précarité avec le retard dans le paiement des bourses. Cela concerne tant les étudiants des universités nigériennes que ceux qui sont à l’étranger.

 

Halte à la répression contre les étudiants nigériens